IL ETAIT TEMPS, PETIT NAVIRE


J’ai laissé passer le 25 mars, Journée mondiale de la procrastination pour me décider à causer enfin de précrastination. Il est grand temps.
Oui, ça existe aussi, la précrastination. C’est la tendance à exécuter en priorité des objectifs secondaires, même si c’est plus pénible.
Expérience: des volontaires doivent récupérer deux seaux de balles de tennis. L’un est devant eux à 5 m, l’autre à 10 m. Résultat: 80% des sujets ramassent le premier seau, l’emportent jusqu’au deuxième, puis ramènent les 2 au point de départ. Si on leur demande en plus de mémoriser une liste de chiffres jusqu’au retour, le taux de précrastinateurs passe à 90 %.

Cela signifie que confrontés à une liste de tâches ou à un objectif complexe, on aura tendance à commencer d’abord par les tâches ou sous-objectifs rapidement exécutables, ce qui peut être accompli au plus tôt. Les neurosciences enseignent que le centre de récompense appelé le « noyau accumbens », s’active plus fortement lorsque vous effectuez une tâche moins pénible qu’une demandant plus d’effort.
L’évolution est en cause. Au cours des siècles, on a appris que si on ne cueille pas un fruit à portée de main tout de suite, il ne sera peut-être plus là plus tard.
On pourrait manquer de temps pour terminer une tâche ou même l’oublier. Il est question d’économie de réflexion, d’anxiété et de récompense.

Procrastination


Après des recherches à diverses sources, on comprend que la procrastination n’est pas une simple mauvaise gestion du temps ou de la flemme pure.
L’activité et la productivité ont moins à voir dans cette affaire que les émotions. Il s’agit d’une tentative de réguler l’humeur et les émotions.
En effet, la procrastination est une manière de gérer les émotions et les humeurs négatives que produisent certaines tâches (ennui, anxiété, insécurité, frustration, ressentiment, doute de ses propres capacités).

Nous donnons priorité à l’amélioration de notre humeur à court terme. Il est plus urgent de gérer les humeurs négatives que d’avancer dans les taches à faire.
Ce « biais d’actualité » est une tendance humaine à prioriser le besoin à court terme sur celui à long terme.
On n’a pas été conçus pour penser l’avenir. Au cours de l’évolution et des dangers de l’environnement, l’homme s’est toujours concentré sur les besoins immédiats.
Ici et maintenant. Notre cerveau perçoit notre «futur moi» comme un étranger plutôt que comme une partie de nous-même. La conséquence: quand on tergiverse, le cerveau décide que les tâches remises à plus tard, avec leurs désagréments, c’est le problème de quelqu’un d’autre.
Face à une tâche incertaine ou anxiogène, l’amygdale, le «détecteur de menace» du cerveau, voit cette besogne comme une menace pour notre bien-être. Même si on est convaincu rationnellement que remettre à plus tard créera plus de stress, le cerveau veut immédiatement éliminer la menace en procédant à un « détournement d’amygdale ».


La procrastination peut aussi résulter de sentiments plus profonds liés à la tâche elle même : douter de réussir, avoir une faible estime de soi, de l’anxiété ou de l’insécurité.

                CYCLE DE RECOMPENSE

Penser à sa propre procrastination aggrave le malaise et le stress, ce qui contribue à la prolonger en un cycle infernal.
On temporise pour éviter les sentiments négatifs, mais on se sent encore plus mal. Ce stress diminue la capacité à prendre des décisions réfléchies pour l’avenir.
Pavlov a montré que lorsqu’on est récompensé pour quelque chose, on a tendance à le refaire. Ainsi, la procrastination n’est pas ponctuelle, mais un cycle qui peut facilement s’enraciner. Cette dépendance à la longue, produit des effets nocifs sur la santé mentale et physique.
Le cerveau cherche spontanément des récompenses. Si on remet et tergiverse, c’est qu’on ne trouve pas de meilleure récompense. Le cerveau continue de dicter ce
comportement tant qu’on ne lui donne pas quelque chose de plus désirable. Pour changer d’habitude, il faut faire une meilleure offre au cerveau.
La difficulté c’est qu’il y énormément d’actions de substitution qui restent des formes de procrastination. Perfectionnisme, rationalisation, irréalisme,
C’est pourquoi la solution doit être intérieure et ne dépendre que de nous-mêmes.

         JE ME PARDONNE

Quelle solution ? Suivant les dérivés yogiques, il faut faire appel à la compassion envers soi, se traiter avec gentillesse et compréhension face à ses erreurs et à ses échecs. Se pardonner permet d’évoluer et de dépasser le comportement inadapté, de se concentrer sur la tache à venir sans le poids du passé.
L’auto-compassion n’exige rien d’extérieur, seulement de prendre les épreuves avec plus d’acceptation et de gentillesse que de rumination et de regret.
Comment procéder ? On peut se souvenir d’une occasion où on a fait quelque chose de similaire et qui s’est avérée positive. Visualiser, penser au résultat bénéfique de l’achèvement de la tâche. Que pourrait dire votre entourage ou vos partenaires quand vous leur montrerez votre travail terminé ? Comment vous sentirez-vous ?
Mettez votre attention sur les sensations qui apparaissent dans votre corps et votre esprit. Quels sont vos sentiments ? Où cela se passe t-il dans votre corps ?
Qu’est-ce que ça vous rappelle ? Qu’advient-il à la pensée de procrastination quand vous l’observez ? Est-ce qu’elle s’intensifie-t-il ou se dissipe t-elle ?
Cela cause t-il d’autres émotions ? Comment les sensations physiques changent-elles quand on pose la conscience sur elles ?
Autant de questions à se poser. Et n’attendez pas d’être d’humeur à accomplir certaine tâche car la motivation suit l’action.

              MAINTENANT !

Un vieux conseil: diviser une tâche en petits morceaux. Se concentrer seulement sur la prochaine étape calme les nerfs et donne une couche de motivation.
Au début d’une tâche, envisagez la prochaine action comme une possibilité : « Quelle serait la prochaine action à faire, même si je ne le fais pas ? »
Prenez votre stylo, ouvrez votre ordinateur, mettez simplement la date en haut de votre document. Commencez et vous constaterez que votre motivation suit.
Changer les circonstances trop propices aux ajournements. Mettez des obstacles à vos tendances à introduire de l’anxiété ou de la frustration.
Éviter de consulter compulsivement les médias, les réseaux sociaux, supprimez des applications de votre téléphone, composez un mot de passe très compliqué à 15
chiffres et lettres. Ajoutez des obstacles au cycle de procrastination pour rendre sa récompense moins immédiate.
Au contraire, ce que vous voulez faire doit être rendu aussi facile que possible. Vous voulez faire du sport avant le boulot mais vous n’êtes pas matinal ? Dormez en survêtement ! Éliminez chaque obstacle qui pourrait être prétexte à renoncer.
La procrastination est ancrée dans notre existence, elle pose des questions sur la façon dont nous voudrions utiliser notre temps par opposition à ce que nous faisons réellement. C’est un rappel que nous sommes vulnérables aux sentiments douloureux. Nous voudrions être heureux des choix que nous faisons.
Allez, hop ! Utilisez ce que vous savez maintenant sur la procrastination.
N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Maintenant… Tout de suite, immédiatement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.