Hommage au bon docteur Coué

        La période des résolutions est propice. Il y a très longtemps que je voulais rendre à Emile Coué – ce bienfaiteur de l’humanité injustement oublié- l’hommage qui lui est dû.
Il y a aujourd’hui de nombreuses versions psychologiques et comportementalistes de sa fameuse méthode. On peut les examiner avec scepticisme, mais sans préjugés.                                       

GRATUTOLOGIE               

Les écoles comportementalistes de la psychologie américaine doivent tout à Emile. Avez-vous entendu parler cette « science », celle de la gratitude ?
Le premier obstacle pour en causer, c’est qu’il n’y a pas d’adjectif pour « reconnaissance » ou « gratitude », on ne peut donc pas dire qu’une chose est gratitudible ou reconnaissensible. Faute de terme approprié, appellons ce domaine la « gratitothérapie » ou si on préfère, la « reconnaissologie ». La gratitude consiste à être reconnaissant; à montrer de l’appréciation et à rendre la gentillesse d’autrui.
Quand on est reconnaissant, même pour les petits moments ou les petites choses, la vie nous envoie des récompenses. La dopamine, notamment. Ce n’est pas un message à sens unique adressé au monde, car ça repart dans tous les sens et ça ouvre de nouvelles portes.
A première vue, voila un nouveau dérivé de l’apport du Docteur Coué, un pratique qui peut rendre plus heureux. La gratitude est peu valorisée par rapport à l’ironie ou au cynisme, c’est même une valeur assez rejetée, j’en sais quelque chose. Il est vrai qu’afficher sa joie de vivre ou son optimisme a toujours quelque chose d’assez suspect.                                

POSITIF

Des éléments positifs, il y en a forcément mais considérer les choses comme allant de soi nous fait oublier leur valeur. On peut apprécier ce qui facilite la vie : l’eau qui coule à volonté, les fruits et légumes en abondance, l’air, le soleil, savourer pleinement un bon moment, un paysage, une œuvre d’art ou un repas. On se situe alors du côté de ceux que la vie gâte, plutôt que de ceux qu’elle lèse. Pourquoi souffrir d’un passé qui n’est plus, ou n’a jamais été, de l’angoisse, du désir ou de la crainte d’un futur qui ne sera peut-être jamais ?
Les sentiments négatifs sont le fruit de nos peurs. Il faut apprendre à ressentir le plaisir de donner et de remercier intérieurement le bénéficiaire de notre générosité. Puissant antidote au sentiment de solitude existentielle, on devrait apprécier ce qu’on a plutôt que déplorer ce qui nous manque. Les sentiments négatifs gaspillent l’énergie vitale, brident confiance et curiosité. Se rappeler nos succès, ne pas faire des possessions matérielles un but, ne se comparer à personne et ignorer l’envie. Accepter tristesse, colère, déception sans les nourrir ni les combattre, en avoir conscience permet de cultiver un sentiment d’accomplissement.
C’était déjà la leçon des stoïciens et bien sûr ça n’a rien d’évident. D’où la nécessité de s’exercer.                               

METHODE  

Et c’est là qu’intervient la fameuse méthode Coué. Elle fait rigoler en France depuis toujours, mais pas du tout chez les américains, dont nous finirons par adopter les idées avec dix ans de décalage.
On dit que le cerveau a du mal à distinguer la réalité de la fiction. Les neurologues montrent que le cerveau est incapable émotionnellement faire la différence entre une fable et une histoire vraie. Il ne fait pas vraiment la différence, on peut alors imaginer, visualiser, s’exercer à positiver… Ce gonflage à la pensée positive ne peut en théorie pas faire de mal. Certains notent que ça rend intolérant envers les non-positifs qu’on recommande de fuir (surtout chez les sectaires). Les septiques ne veulent pas se laisser imposer de force la joie, car perdre sa colère, c’est perdre sa force, selon eux, la peur est un moteur, comme la colère un carburant.
Mais bon, en chaque chose, faut pas surdoser.                                   

  CONSEILS  

Faire régulièrement une liste des motifs pour lesquels se réjouir.
Récapituler les cadeaux de chaque journée, comme une famille, un toit, une bonne santé, etc.
Ecrire un mot de gratitude à une personne qui a compté dans votre vie. On peut même l’envoyer car reconnu dans sa valeur, le bénéficiaire renvoie généralement un message gratifiant à l’auteur. Dopa Porte ouverte à l’abondance, la gratitude est le sentiment formidable qu’à cet instant précis, vous bénéficiez de tout, en quantité suffisance. Gratitude et optimisme éliminent les sentiments négatifs comme envie, cupidité ou appitoiement sur soi.
Carburant d’énergie intérieure, elle augmente l’estime de soi. Peu de gens malheureux sont reconnaissants pour leur vie, et peu de personnes heureuses ne sont pas reconnaissantes pour la leur. Des arguments L’attitude systématique de gratitude améliore la santé physique et mentale, elle augmente le niveau de bonheur. l’imagerie cérébrale du «centre de récompense», le circuit neuronal des pulsions primales s’illume lorsqu’on est reconnaissant. La pratique de la gratitologie transforme le cerveau. Huit semaines de pratique et les scanners du cerveau d’individus pratiquant ces exercices montre un renforcement de leur zone cérébrale de la cognition sociale et de l’empathie. Bon, et pratiquement ?
Nous dépendons de forces extérieures, d’influences : chance, amis, collègues, famille, parfaits inconnus, puissance supérieure. Etre reconnaissant donne aux autres le sentiment que leurs actions ont du sens. Cela rapproche, les gens qui viennent vers vous quand vous êtes heureux de reconnaître leurs efforts.
Les reconnaissants sont plus généreux, moins égoïstes et font de bons compagnons. Se comparant moins aux autres, ils sont plus satisfaits de leur sort, plus résistants aux épreuves et gèrent mieux les situations stressantes. Ils prennent soin de leur santé physique, dorment mieux et guérissent même plus rapidement des maladies.                              

GRINCHEUX S’ABSTENIR

        Cependant, si ce n’est pas dans votre nature, inutile de vous enfermer dans un système forcé qui amènera encore plus de mal être. Certains détestent la gratitude et ont du mal à la ressentir ou à l’exprimer. J’ai de la gratitude pour ceux qui la détestent, c’est mon premier exercice.         S’exercer
Les exercices ou « pratique de gratitude » sont plus une réflexion, une manière de faire le point sur ce qui va bien chez soi et ce qui doit être amélioré. Cela demande un examen de notre style personnel et une pratique créative et terre-à-terre.
Par exemple vivre au présent optimise chaque chose et ouvre la curiosité. Apprécier le présent rend tout un peu plus lumineux, genre aujourd’hui est un jour magnifique, jamais vu auparavant. Arrêtez-vous un instant et pensez à une chose qui rend ce moment digne d’être vécu. C’est aussi simple que ça. A mettre en pratique comme moyen de «fermer boutique» en fin de journée de travail. On peut l’essayer dès le réveil ou l’appliquer aux événements de la veille, les opportunités sont innombrables.

                     EXERCICES        

Voilà en vrac un tas de questions gratitologiques à se poser.     – Quel a été le « point culminant » de votre journée?
– Quel a été votre point bas ? que pourriez-vous améliorer, la prochaine fois?
– Quel a été le « Moment du Héros quotidien » (de quoi avez vous été fier aujourd’hui?) Sinon, qui a été ce héros pour vous aujourd’hui?
– pensez à un plaisir simple reconnaissansible (dont vous êtes reconnaissant)
– qu’êtes vous reconnaissant d’avoir, que vous n’aviez pas l’an dernier ?
– Ecrivez à propos d’un souvenir heureux ou de quelque chose de reconnaissansible
-Qu’est-ce qui vous rend reconnaissant à propos de votre corps ou de votre santé?
– regardez à l’extérieur. Qu’est-ce que vous appréciez à l’extérieur?
-De quel accomplissement êtes-vous fier?
– De quelle possession qui vous facilite la vie?
– Ouvrez votre téléphone ou votre album photo et trouvez une photo que vous aimez. Pourquoi êtes-vous reconnaissant pour cette photo?
-Qu’avez-vous reçu de reconnaissansible ?
-Quelque chose ou quelqu’un qui vous fait sentir en sécurité?
-quel artiste, auteur ou musicien est reconnaissansible ?
-Qu’aimez vous dans votre travail?
-Comment pouvez-vous aider les autres?
– quel service public ou organisation êtes-vous reconnaissant (bibliothèque, service d’incendie, …)?
– Envers quel (s) livre (s), vêtement ou meuble êtes-vous reconnaissant?
-Ecrivez à un ami pour qui vous êtes reconnaissant. Ecrivez sur un enseignant ou un mentor reconnaissansible, sur un membre de la famille reconnaissansible
-Qu’avez-vous accompli aujourd’hui?
-Quelle tradition reconnaissansible, quelle erreur ou échec reconnaissansible ?
-Quel est votre trait de personnalité reconnaissansible, Quelles compétences avez-vous reconnaissansible ?
-Qu’est-ce que vous avez acheté récemment de reconnaissansible ?
-Qu’avez vous fait récemment de reconnaissansible
– Regardez autour de vous et écrivez tout ce que vous voyez de reconnaissansible.
– Écrivez trois choses reconnaissansible aujourd’hui.
– avec votre famille avez vous des émotions négatives ? Vérifier.
– Exprimez-vous de la gratitude?
    Pour finir, vous pouvez m’être reconnaissants pour cet article, et merci de l’avoir Lu.
« Tenez pleinement compte des qualités que vous possédez et, en signe de gratitude, rappelez-vous comment vous les voudriez si vous ne les aviez pas.»
(Marc Aurèle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.