Nouvelles

De quoi je me mêle ?

une centaine de médecins ont signé une pétition pour exiger le déremboursement de l’homéopathie, au prétexte que c’est pas scientifique.

A aucun moment ils ne se sont demandé si la connerie est scientifique ou pas. Il y a pourtant de nombreux témoignages. Où ont-ils eu leur diplôme, ces diafoirus, dans un cadeau de fastfood ?

Car qu’est-ce que ça peut faire si c’est pas scientifique, si ça peut soigner ?
Ceux qui s’intéressent à la vie des bêtes savent qu’au États-Unis, quelque chose tue plus que les armes à feu : les opiacées et psychotropes qui causent plus de
50.000 morts par an. C’est même devenu une cause nationale.
Or une multitude d’études montrent qu’il n’y a pas de différence d’efficacité entre les antidépresseurs et un placebo. La multinationale du médoc GlaxoSmithKline a été condamnée à 3 milliards d’amende pour avoir oublié de mentionner ces études dans la description de ses produits.

(Rassurez-vous, c’est l’équivalent d’un PV à dix balles pour vous).

On peut quand même se demander pourquoi les ricains ne se shootent pas au placebo, si ça produit les même effets sans les effets secondaires.
Je suis sûr pratiquement sûr qu’on pourrait enivrer ses convives en leur faisant boire du vin sans alcool transvasé dans des bouteilles à étiquette de bordeaux à 13°.
Je vais peut-être déposer cette idée.
Ce sont les États-Unis qui nous ont habitué à ce droit de tout s’approprier. On peut déposer une molécule et en avoir le monopole, on peut breveter des espèces végétales ou animales, avec totale propriété.

Quand on pense que la fraise actuelle a été « inventée » en France, oui madame; mais à une époque où l’on ne songeait pas à s’approprier des espèces vivantes. Une foule de variétés de fruits et de légumes ont échappé jusque là à la propriété privée, mais il faut veiller au grain. Et aux graines. Et aux semences, car les multinationales n’ont qu’un rêve: se les approprier, comme les nombreuses espèces F1 dont on ne peut tirer de semences et qu’il racheter chaque année.
Il est possible que tôt ou tard quelqu’un dépose un brevet sur l’oxygène, qui se raréfie. Ce quelqu’un sera probablement aussi dépositaire du brevet sur les arbres.

La propriété, c’est le vol.
La question est la suivante: voler une idée fait-elle disparaître cette idée ? Non, au contraire, pourrait-on dire; c’est pourquoi le plagiat est universel en
littérature. Jusqu’à ce qu’on fasse appel à un droit de propriété intellectuelle. L’idée peut rapporter de l’argent et celui qui la réclame fait valoir un droit de
propriété. D’où les efforts pour breveter, enregistrer, déposer tout et n’importe quoi. Avant l’invention de la propriété intellectuelle (1791), on ne s’en souciait
guère. De nos jour on concède la propriété et le monopole jusque sur le vivant.
Bon, pour revenir aux toubibs de la pétition dont je causais au début, ce sont évidement les mêmes qui prescrivent les antidépresseurs. Molière n’est pas mort, ça c’est prouvé et scientifique !

Petite fiction (à peine)
Après avoir été déconsidéré par le corps médical, le succès de l’homéopathie est toujours en croissance exponentielle. Or, on apprend par dépêche AFP du 20 mars 2029
que depuis 20 ans, les fameux labo B. qui produisent ces remèdes, ne mettent plus dans les granules que du sucre et du lactose. Ces purs placebos n’ont pas fait varier d’un iota l’efficacité de leur prescription qui parviennent toujours à soigner d’innombrables troubles. Les caisses de sécurité sociale remboursent tout traitement homéopathique à plus de 500 %.
Le plus étonnant pour les chercheurs reste que les usagers sont parfaitement au courant que les granules sont des placebo et ils s’en moquent totalement puisque ça marche.
Le véritable médicament, c’est le patient.

 

Mémé tique

J’ai relayé il y a peu (https://www.facebook.com/adel.franck.9/posts/10214711814603017) une nouvelle digne à la fois des trolls d’Internet et de Pagnol, selon laquelle des touristes parisiens en vacances sur la côte d’Azur s’étaient plaints à la mairie du bruit des cigales.

 

Après enquète, j’ai trouvé dans « La Provence » du 30 juin 2016 une autre source. Celà se passe à Carry-le-Rouet et un couple de parisien s’est rendu à la gendarmerie pour déposer une plainte. Titre de l’article du journal: « Ils voulaient porter plainte contre… les cigales ».
L’article conclue que les gendarmes les en ont dissuadés.
Rebelote, cette fois c’est sur France Bleue que le maire du Beausset a rapporté quasiment la même histoire de parisiens.
Et ensuite, au cours de l’été, d’autres parisiens en vacances à Les Bondons, pas loin de Millau, ont tenté de porter plainte contre le tintonage des cloches de l’église à 5h du mat. Oui, je sais, elles tintent.
Tout celà est riche d’enseignement.
On apprend ainsi que Carry-le-Rouet se situe près de Martigues dans les Bouches-du Rhones et Les Bondons en Aveyron, (site d’extraction d’uranium et de menhirs).
on apprend aussi que si les cloches sonnent, tintinulent ou tintinabulent, et que la cigale ne stridule pas, ce qui serait plutôt le fait des grillons, elle cymbalise ou craquette.
On apprend ensuite que le parisien est une petite nature prétentieuse et un fieffé crétin aux yeux des autres français.

On finit enfin par se demander si toute cette histoire de plainte anticigalienne ne serait pas trop belle, s’il ne s’agit pas d’un « mème ».
Un mème est un élément viral d’Internet qui se transmet par imitation et comme par sélection naturelle des informations marquantes.
Le mème peut muter. Par exemple de la cloche à la vache et à la cigale ou à la pétanque (objet de nombreuses plaintes pour nuisances sonores) et passer de Bondons à Beausset.
On peut également se demander si Pagnol n’a pas des fils spirituels, des galéjadeurs (néologisme), des rigolos, qu’ils soient parisiens ou côte d’Azuréens (id).

Ce qui les rapprocheraient des trolls, «Le genre de gars qui postent des messages désagréables jusque dans un groupe consacré à la couture, histoire de rigoler».
En moins désagréable, tout de même (accent circonflexe).

Le trouillard et la démago

Je ne savait pas trop quel titre adopter.

M. Hulot fait de la politique, BB- Hulot   1:1 ?
Je me demandais il y a quelque jours s’il valait mieux compter les points ou prendre partie pour BB ou pour M. Hulot.  (si ce n’est fait, je vous invite à vous abonner à ma page)  https://www.facebook.com/adel.franck.9

L’actualité répond à cette question.
match nul donc, mais ambigu. Hulot a donné raison à BB en démissionnant, elle venait tout juste de dire qu’il ne servait à rien. Il lui a prouvé qu’elle avait raison d’avoir tort parce qu’il avait tort d’avoir raison. Elle a tort parce que cette démission va servir la transition.


Après le ministre de la transition écologique on va avoir droit à la transition du ministre écologique. La planète est inquiète.
Pour mémoire, selon Chevènement, un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne. Hulot ouvre sa gueule après 15 mois d’avalage de couleuvres, loin du record de JJSS qui en 1974 a démissionné de son poste de ministre des réformes après 14 jours. Depuis, la réforme se porte bien, merci.

L’image contient peut-être : texte
Commentaires
Yves-marie  …. « Et j’ai donc dit : « Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l’ouvrir, ça démissionne ». Et j’ai ajouté que pour le moment je fermais ma gueule. J’ai démissionné du gouvernement le mois suivent…. « 
Christiane Taubira :  » « Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur. Je choisis d’être fidèle à moi-même, à mes engagements, à mes combats, à mon rapport aux autres, fidèle à nous, tels que je nous comprends. … »

C’est tout le contraire


Des lecteurs m’informent qu’on peut trouver mes notes sarcastiques, ce qui m’a amené à faire un examen de conscience.
Comme je me méfie des mots, je cherche leur définition. Le sarcasme serait une moquerie ironique qui tourne en dérision une personne ou une situation
d’une manière mordante, amère et blessante, piquante ou belliqueuse.
Voilà même une étrange précision piquée dans Wikipédia: « être sarcastique c’est dire le contraire de ce que l’on pense, sans montrer qu’on pense le
contraire de ce que l’on dit ». Pour comprendre, j’ai vainement cherché la rubrique « amphigouri emberlificoté ».
En cherchant ironie dans le Larousse, on trouve : »Manière de railler, de se moquer en ne donnant pas aux mots leur valeur réelle ou complète, ou en
faisant entendre le contraire de ce que l’on dit ».

C’est quoi cette histoire ? D’abord, je n’ai pas l’impression de dire le contraire de ce que je pense. Au contraire.
Mais surtout il y aurait un aspect mauvais, négatif dans le sarcasme. A l’opposé, l’humour serait dépourvu de ricanement, de persiflage, qui sont
«une passion française» qui trahit la tendance au culte de soi et à la haine de l’autre (toujours selon Wiki).

Une Passion française ?
Du coup, je prends un exemple dans l’actualité: quand Brigitte Bardot traite Monsieur Hulot de « trouillard, lâche de première classe qui ne sert à
rien », il répond qu’il en a « marre des démagos de tous poils ». Comment cette bataille homérique pourrait-elle ne pas entraîner ricanements et
persiflage ? Surtout si y repère des relents de culte de soi et de haine de l’autre.
Plus généralement, au rang des passions françaises, y’a pas qu’en foot qu’on est champions du monde. On est aussi champions de l’utilisation des
pesticides dont on sait tous que c’est pas bon pour la santé. Les lobbies, non plus c’est pas bon, mais on en bouffe plus que de médicaments.
Dans ce domaine, en moyenne, chaque Français se tape 4 médicaments chaque jour, autre record mondial. Si t’en prends pas, c’est qu’il y en a d’autres
qui en sont à au moins 8. Les 3/4 de ces potions soignent surtout le porte-feuille de trusts pharmaceutiques tout en s’avérant dangereuses pour la
santé du client. Faire ce constat serait-il du persiflage ?
Ivan Illich montrait que la plupart des institutions finissent par donner l’inverse de ce qu’on en attend. L’hôpital produira de la maladie, la police
de l’insécurité, l’école de l’ignorance, etc. Est-ce plutôt du sarcasme ?
Comment éviter l’amertume et le mordant ? Vaut-il mieux prendre parti pour BB ou M. Hulot ? Est-il préférable de s’abstenir pour mieux compter les
points en ricanant ? A chacun de voir et de faire comme il veut, ou comme il peut.
On finit par s’y perdre entre ironie, sarcasme, persiflage, mais il y a toujours le risque du négatif et de l’agressif. La morale dit que
faut pas se moquer, c’est pas bien.
Ok, j’ai bien saisi le message. Je vais désormais m’efforcer d’être moins sarcastique. Dès à présent, le lecteur, n’aura aucune difficulté à voir si
je dis le contraire de ce que je pense. Ou l’inverse.

Cerveau

Pour injurier quelqu’un, on dit qu’il a deux neurones ou un cerveau d’huitre. Dans la réalité on n’a pas forcément besoin d’un cerveau.

Vous avez sans doute vu dans les bois un Physarum. Cela ressemble à un champignon de taille diverses, jaunâtre et mou. il s’étend au sol et sur les branches.
Ce n’est pas un champignon, ni une plante, ni un animal. Composé d’une unique cellule géante, la plus grande connue, il est capable de se mouvoir.
Bien que dépourvu de système nerveux, il a de la mémoire, est capable d’apprentissage, et même de transmettre des informations à un congénère.
Mieux: on lui a fait piloter un robot !
(https://www.futura-sciences.com/…/robotique-robot-pilote-m…/)


Autre pilote dont on ne sait s’il avait un cerveau, ce gars qui a volé un avion de ligne il y a quelques jours, pour le faire décoller.
Il a fait un looping et quand la tour lui a dit c’est bon, maintenant tu peux attérir, il a répondu non, pas encore, je vais tenter un tonneau.
Il a ajouté pardon, y’a quelque chose en moi qui tourne pas rond et s’en est allé s’écraser.
Voilà qui rappelle l’histoire du chef de bord qui annonce aux passagers que pour son dernier vol, il va faire un looping. A la fin tout le monde applaudit sauf un type furax qui vient lui dire qu’il n’a pas apprécié parce qu’il était dans les toilettes.

On peut aussi se poser la question du cerveau à propos du quidam qui s’est tué à Annecy pendant la Coupe du Monde en plongeant dans un canal pratiquement vide. Cette question n’est pas nouvelle comme l’illustre cette jolie fable du génie qui aborde deux braves types.
Il dit au premier : « Demande-moi ce que tu veux, tu l’auras. Et je donnerai le double à ton copain. si tu me demandes cent pièces d’or, je lui en donne deux cents.» Après réflexion, l’homme dit : « Crève-moi un œil… »

Tolérance

J’ai lu que 44 million d’américain ont une dette de 1,4 milliards de dollars pour les emprunts effectués pour leurs études.

A 50,000 dollars l’année de fac il faut en débourser 200,000 pour obtenir le diplôme final. Ils sont en situation de faillite, incapables de régler leurs dettes aux banques et leurs parents, souvent cautions sont également ruinés.
Investir dans l’éducation aux USA est une erreur flagrante contrairement à ce que pensait Trump, qui a fondé une pseudo université (inscriptions entre 1 500 à 35 000 dollars) dissoute en 2010 et toujours sous le coup de nombreuses enquêtes et procès (fraudes, escroqueries…)
J’ignore s’il y a un rapport mais j’ai lu que l’an dernier, le nombre de milliardaires dans le monde a dépassé selon « Wealth-X Billionnaire », le chiffre de 2 754.
Ces milliardaires confisquent plus de 12 % du PIB mondial. On ne précise pas leur niveau d’étude.

Quand même, voilà qui peut renforcer l’idée générale: j’ai aussi lu cette réflexion d’un petit malin : quand je cherche quelque chose sur le net, j’utilise des requêtes bourrées de fautes d’orthographe pour augmenter le nombre de réponses. La moitié de la population ne sachant plus écrire correctement, j’ai beaucoup plus de chances de tomber sur des annonces avec des fautes et de trouver ce que je cherche.
Ah, j’ai enfin lu que le maire de Beausset (Var) signale que des touristes se plaignent du bruit des cigales et réclament des tournées d’insecticide.
On avait entendu la même histoire de plaintes à propos de coqs, de vaches ou de cloches. Et de plus en plus d’habitants de lieux très fréquentés réclament des touristicides.
L’intolérance prend des allures variées, on dirait.

SPPT

Lyme est le village des États-Unis qui donne son nom à la maladie de Lyme ou borréliose. Deux noms ?

Trois avec SPPT ou syndrome persistant polymorphe de piqure de tique.
Cette maladie est en augmentation constante depuis 2 ou 3 ans avec 10.000 à 12.000 cas en France. Pour réjouir les amateurs de théorie du complot, le village de Lyme où les premiers cas ont été découverts en 1975, accueillait dans son voisinage un laboratoire de recherches bactériologiques de l’armée américaine…
Longtemps cantonnée à l’Alsace la méchante tique frappe maintenant dur chez nous, j’en connais trois cas dans mon entourage. les symptômes du STTP sont d’une variété inquiétante, rendant le diagnostic problématique.


Autant le dire tout net, on ne connait encore pas grand chose sur le sujet et la confusion règne. La polémique aussi. Pas mal de plaignants se voient étiquetés malades imaginaires ou cas psychopathologiques. Les déviants du traitement officiel antibiotique sont montrés du doigt, voir condamnés. Un traitement est interdit en France.
Vaut-il mieux laisser les malades accéder à des traitements alternatifs ou obéir à l’Académie ?
J’en sais fichtre rien, mais je sais que pour les 10 à 15000 décès par infection nosocomiales en hôpital, passer de 90 à 8 antibiotiques devrait s’imposer.
Dans le même ordre d’idée, 11 vaccins seront-ils suffisants pour nous garder en bonne santé ?

Cultiver son Jardin
Rien à voir en apparence, a t-on vraiment le droit de dire que le purin d’ortie est un engrais ? La loi n° 2006-11 du 5 janvier 2006 punit de 75000 euros d’amende la vente et même la divulgation de recettes de produits naturels non-homologués. A ben si, tiens, y’a un rapport. Les esprits rebelles ont adoré. Je n’hésitais pas à braver la peine 2 ans de prison et les 75000 euros d’amende prévus en révélant que pour fabriquer ce produit naturel non-homologué, il faut mettre dans de l’eau des orties à macérer plusieurs jours. L’ortie pique, son purin pue, ce sont les seules difficultés et c’est un super engrais.
Non, je rigole, en fait, un amendement autorise maintenant l’usage de «préparations naturelles» sans autorisation préalable de mise sur le marché. Mais ceci ne vaut pas pour certains traitements de Lyme.

Lyme est le village des États-Unis qui donne son nom à la maladie de Lyme ou borréliose. Deux noms ?
Trois avec SPPT ou syndrome persistant polymorphe de piqure de tique.
Cette maladie est en augmentation constante depuis 2 ou 3 ans avec 10.000 à 12.000 cas en France. Pour réjouir les amateurs de théorie du complot, le village de Lyme où les premiers cas ont été découverts en 1975, accueillait dans son voisinage un laboratoire de recherches bactériologiques de l’armée américaine…
Longtemps cantonnée à l’Alsace la méchante tique frappe maintenant dur chez nous, j’en connais trois cas dans mon entourage. les symptômes du STTP sont d’une variété inquiétante, rendant le diagnostic problématique.


Autant le dire tout net, on ne connait encore pas grand chose sur le sujet et la confusion règne. La polémique aussi. Pas mal de plaignants se voient étiquetés malades imaginaires ou cas psychopathologiques. Les déviants du traitement officiel antibiotique sont montrés du doigt, voir condamnés. Un traitement est interdit en France.
Vaut-il mieux laisser les malades accéder à des traitements alternatifs ou obéir à l’Académie ?
J’en sais fichtre rien, mais je sais que pour les 10 à 15000 décès par infection nosocomiales en hôpital, passer de 90 à 8 antibiotiques devrait s’imposer.
Dans le même ordre d’idée, 11 vaccins seront-ils suffisants pour nous garder en bonne santé ?

Cultiver son Jardin
Rien à voir en apparence, a t-on vraiment le droit de dire que le purin d’ortie est un engrais ? La loi n° 2006-11 du 5 janvier 2006 punit de 75000 euros d’amende la vente et même la divulgation de recettes de produits naturels non-homologués. A ben si, tiens, y’a un rapport. Les esprits rebelles ont adoré. Je n’hésitais pas à braver la peine 2 ans de prison et les 75000 euros d’amende prévus en révélant que pour fabriquer ce produit naturel non-homologué, il faut mettre dans de l’eau des orties à macérer plusieurs jours. L’ortie pique, son purin pue, ce sont les seules difficultés et c’est un super engrais.

 

La coupe est pleine

Le président reprenait il y a peu un jeune qui l’interpelait par un joyeux Manu. Belle occasion de faire respecter la fonction qui rappelait une autre leçon de morale :
– Vas t’acheter un costume et cherche du boulot, suggérait Manu à un autre jeune plus belliqueux. Or on vient de le voir (Manu) entouré d’une douzaine de jeunes multimillionnaires qui lui tapent dans le dos et s’agitent dans l’hystérie générale et sûrement se torchent aux rideaux de L’Élysée. Ces jeunes-là ont pour mérite essentiel d’utiliser leurs pieds mieux que d’autres, ce qui va leur valoir la légion d’honneur.


Gageons que le prochain jeune aura comme conseil:
– Vas t’ acheter des crampons et cherche un club. On en oublierait presque ces centaines de gars qu’on recrute au loin et qui finissent dans la misère après avoir avoir été exploités par des marchands sans scrupule. On en oublie aussi les eaux troubles de la FIFA, du poutinisme et du Qatar.

Mais voilà plus intéressant: des économistes de l’Université du Sussex ont publié une étude portant sur plus de 3 million de personnes.
Ils concluent que le bonheur de voir son équipe gagner et deux fois moins fort que la tristesse éprouvée quand elle perd. Sur une échelle de 10, quand tu gagnes, tu es 3.9 points plus heureux qu’à l’ordinaire. C’est 7.8 points d’augmentation du chagrin qui suivent la défaite.
Et ça dure quatre fois plus longtemps que la joie victorieuse. Le foot est un destructeur de bonheur.

Quand la France sourit, le reste du monde tire la gueule.
Et attention, les gars, les fans surestiment la plupart du temps les chances de voir leur équipe gagner (voir les grands perdants de la coupe du monde), il y a aussi
corrélation avec l’aggravation économique et la violence domestique et générale. Morale ? A vous de voir.

Les petits Ruisseaux…

La théorie du ruissellement (ou favoriser les riches pour aider les pauvres).
J’adore les théorie économiques. On veut vous faire avaler que c’est une science…
Donc, l’eau coule vers le bas, et par conséquent, l’argent aussi:

les riches dépensent et ça profite à tout le monde par leurs dépenses, leurs investissements, l’emploi crée, etc. Suivant cette idée, l’État a allégé les impôts des plus riches de 7 milliards. Étrangement, il vend pratiquement 7 milliards de nos biens communs, aéroports, immeubles, terrains, trésors du patrimoine. Piketty remarque que si tu mets les 2 en rapport, c’est exactement comme si on donnait directement ces biens aux plus fortunés.


Le fondement, l’idée de base, c’est que les riches ne le sont jamais aux dépends des pauvres. Ils doivent toujours à leur seul mérite leur richesse qui n’a jamais dépendu de l’exploitation, du vol ou de l’aubaine.
Bien sûr, on note que la politique d’allègement des impôts des riches a pour résultat la restriction des services publics et l’augmentation de la pauvreté des pauvres, mais qu’importe si ça permet aux riches de s’enrichir ? Ils finiront bien par ruisseler…
J’ignore pourquoi ça me rappelle la théorie du complot, le récit permettant donner un sens à ce qui arrive d’imprévu ou « non intentionnel ».
En tant que spécialiste du racontage d’histoires, je sais que ces récits de puissants qui se rassemblent en secret pour s’emparer ou garder le pouvoir ont toujours existé. Cela se passait dans l’ombre, loin des apparences, en secret. Maintenant, c’est en pleine lumière, à Zermat , à Gstaad , Zurich, ou Bruxelles.
Les complots existent et ils sont nombreux et…de plus en plus visibles. Pas une semaine sans scandale qui les désigne ou information qui provoque un haussement d’épaule tant on s’est habitués à l’impuissance.
Lorsque les dirigeants, les multinationales, les banques, trusts, lobbies l’emportent sur les citoyens, ce n’est pas un complot, c’est normal.

Dire que les médias et journaux sont aux mains de puissants et qu’ils leur servent la soupe, est-ce bien du complotisme ?

Et affirmer que l’argent va de bas en haut ?
Bon sang, je sais pas ce que j’ai, probablement quelque chose que j’ai bouffé et qui provoque des aigreurs.

MACRONIBUS

Sylvain prend le FLIXIBUS Paris-Milan pour aller à Chambéry. Il descend se dégourdir les jambes pendant l’arrêt changement de chauffeurs aux environs de Macon.
Il revient pour constater que le bus part sans lui…
Il est 2 heure du mat ; il téléphone Chez Macronibus qui lui dit qu’il doit se rendre à Lyon par ses propres moyens et prendre un nouveau billet pour faire le reste du trajet.
Si pareille mésaventure vous arrive, sachez qu’il faut téléphoner à la gendarmerie qui interceptera le bus sur la prochaine aire pour vous récupérer.
L’ignorant, l’infortuné Sylvain fait du stop et se voit déposer à Villeurbanne vers 5h du matin. Son père vient le chercher en voiture pendant que sa mère coince le macronibus à l’escale de Chambéry.

– Où qu’il est, mon fils ?

Les chauffeurs italiens, dans la pure tradition commedia dell’arte et avec beaucoup de gestes répondent, genre :

-Ma che nouille a pas comprende franc chaise.

– Ben voyons !

Elle avise un sac qu’elle croit reconnaître et demande aux passagers s’il appartient à quelqu’un ; personne ne répond. Elle demande ensuite à vérifier dans la soute, fouille quelques bagages avant de trouver enfin le sac et partir.
(Rappelons que nous sommes toujours sous Vigipirate…)
Notre voyageur écrit une belle lettre à Macronibus pour exprimer ses sentiments.
Réponse Flixbus : Mille excuses, merci de nous le signaler. Geste commercial, nous vous proposons un bon de 3 euros (oui, trois !) à valoir sur votre prochain trajet…
Moralité : l’eau causte chéro.